top of page

Chanel Nº5 - L’histoire derrière le parfum le plus connu au monde.

En 1921 sort le premier parfum de la maison Chanel, lequel serai considéré comme une véritable légende. On parle du Chanel N°5 comme celui qui a traversé les époques sans prendre une ride et qui nous apporte toujours le sens et l’air de la liberté et de la sensualité féminine.

Gabrielle Chasnel, ou tout simplement Coco Chanel, est la propriétaire de la marque Chanel, créatrice de mode et grande couturière française. Elle est née le 19 août 1883 et a disparu le 10 janvier 1971, à Paris.



Coco, lors d’un voyage dans l'exubérante ville de Grasse, sur la Côte d’Azur, rencontre le célèbre parfumeur Ernest Beaux et l’invite à créer un arôme « à odeur de femme » . Cependant la couturière n’avait aucune connaissance de la science parfumeuse, elle savait bien ce qu’elle désirait : un produit unique que personne ne serait capable de copier.

Le parfumeur de Grasse, le spécialiste des arômes, a imaginé une association de fleurs, comme par exemple les roses, les jasmins, les muguets et les ylang-ylangs, mélangées avec des notes synthétiques, les « aldéhydes ». Par la suite l’expert a présenté à l’entrepreneuse deux séries d’échantillons identifiés. La première allant du numéro 1 jusqu’au 5 et la deuxième du 20 au 24.



Le résultat, on le connaît déjà, le numéro 5. Une énorme révolution dans l’industrie, car son nom apporte un changement radical, étant donné que les parfums s’appelaient souvent “Soir”, “Rencontre au clair de lune”, ou sinon portaient un nom de pays. Cet épisode peut être mieux détaillé grâce au témoignage du M. Beaux : « Mlle Chanel, qui avait une maison de couture très en vogue, me demanda pour celle-ci quelques parfums. Je suis venu lui présenter mes créations, deux séries : 1 à 5 et 20 à 24. Elle en choisit quelques-unes, dont celle qui portait le no 5 et à la question « Quel nom faut-il lui donner ? », Mlle Chanel m’a répondu : « Je présente ma collection de robes le 5 du mois de mai, le cinquième de l’année, nous lui laisserons donc le numéro qu’il porte et ce numéro 5 lui portera bonheur ». Je dois reconnaître qu’elle ne s’était pas trompée ... ».

Au fur et à mesure des années, la fragrance a réussi à traverser les époques avec succès, parce qu'elle est restée fidèle à la composition originale d’Ernest Beaux. Les professionnels qui lui ont succédé ont le grand défi et la mission de conserver sa formule originale, même avec l’évolution des tendances de la mode et des transformations du comportement des femmes.

D’après Olivier Polge, l’actuel parfumeur responsable, le Nº 5 est une base riche, multifacette, à partir de laquelle il est possible d’avoir différentes interprétations. En somme, cet icône est une source d’inspiration inépuisable.

Il est également important de souligner que cette figure emblématique est un héritage, non seulement pour Coco Chanel, mais aussi pour tous les acteurs qui contribuent à sa création, ainsi que les prédécesseurs de M. Polge, comme Henri Robert ou Jacques Polge. En outre, on peut citer le cas de Fabrice Bianchi, directeur de l’exploitation de la famille Mul, fournisseur officiel des fleurs, pour Chanel, à Grasse.

À cette époque, Mademoiselle prenait contact directement avec Joseph Mul, le beau-père de Fabrice. Ce partenariat exclusif existe depuis déjà 5 générations. Encore une démonstration d’une affaire qui passe de génération en génération.

En ce qui concerne la production des fleurs, la plantation des rosiers, laquelle a une production d’environ 40 tonnes, est effective sur une surface de 6 hectares et sont cultivés tout au long de l’année. La récolte est faite au mois de mai par une quarantaine de cueilleuses.

Dans la composition du nº5 on trouve aussi la présence du jasmin, lequel est produit à hauteur de 12 tonnes chaque saison. Tout d’abord il y a la collecte. La matière première est destinée à l’usine d’extraction dirigée par Jean-François Vieille, pas très loin de l’exploitation. Ensuite, les fleurs suivent des étapes pour en extraire la concrète. Cette dernière est constituée d’un mélange de cireux de la matière odorante et de cire végétale. Dans le but de transformer cet ensemble en absolu (un concentré pur de la matière odorante), il faut mettre en place quelques procédures techniques.



Tout ce travail est mis en valeur lors des publicités. Des stars sont invitées afin de bien exprimer la beauté et l’élégance du parfum. Ali MacGraw, Catherine Deneuve, Nicole Kidman ou encore Marion Cotillard se sont prêtées au jeu. En revanche, il y en a une qui n’a jamais été une égérie publicitaire officielle. Il s’agit de Marylin Monroe qui a déclaré dans une interview de « Life Magazine » qu’elle utilisait quelques gouttes du Nº5 avant de dormir. Une phrase emblématique qui a donné encore plus d’importance à l’essence.

En quelques de mots, on constate que le parfum de Gabrielle est et restera sans doute pour toujours un icône dans la parfumerie mondiale en raison de son élégance et de sa simplicité. Il faut se rendre à l’évidence : un vrai « arôme des femmes ».


Ce texte a été écrit par prof Carol. Si vous voulez mieux connaître son travail cliquez ici.

67 views0 comments

Merci de vous être abonné !

bottom of page